RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

DE L'HABITAT PRIVÉ

EN VALLÉE DE CHAMONIX

 

UN BON PLAN POUR MA MAISON

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

DE L'HABITAT PRIVÉ

EN VALLÉE DE CHAMONIX

 

UN BON PLAN POUR MA MAISON

FICHES TECHNIQUES

Isolation Parois vitrées

Isoler les parois vitrées semblent souvent de prime abord la solution la plus évidente.

 

La fenêtre, parce que l’on voit à travers, parce qu’elle est en verre, constituent pour la plupart des personnes un point de déperdition important. Il n’en est rien ! Certes la fenêtre est une paroi déperditive, mais bien moins que certaines parois dites opaques (les murs). Le schéma ci-dessous, proposé par l’ADEME met bien en lumière ce constat : Seulement 10 à 15 % de la chaleur s’échappe par les fenêtres.

Ainsi rénover seulement ses ouvrants ne permettra pas de réaliser de grosses économies d’énergie. Dans une maison non isolée, la plus grande partie de la chaleur s’échappe par le toit et les murs. Il est donc important d’apporter une attention particulière à ces éléments de construction également.

QUOI DÉPEND LA PERFORMANCE THERMIQUE D’UN OUVRANT

La performance thermique d’une paroi vitrée (fenêtres et portes-fenêtres, fenêtre de toit) dépend de :

  •   La nature de la menuiserie (bois, alu, pvc, mix…)
  •   Des performances du vitrage (double ou triple vitrage, épaisseur, gaz utilisé…)
  •   La qualité de la mise en œuvre de la fenêtre (supports en bon état, joints d’équerre…)
  •   La nature des fermetures (volets, persiennes) intervient également. En effet, elles peuvent réduire les déperditions, particulièrement la nuit car elles apportent une résistance thermique additionnelle à la paroi vitrée. En effet, on estime que la fermeture de tous les stores et volets durant la nuit et pendant la saison de chauffe permet une économie sur sa facture de chauffage allant jusqu’à 4%. Les protections extérieures sont aussi très efficaces pour limiter la température intérieure en été.

LES GRANDS TYPES DE VITRAGE

Pour ce qui est de la performance du vitrage, plusieurs techniques plus ou moins performantes sont disponibles sur le marché :

  •   Le double vitrage classique (intégrant une lame d’air),
  •   Le double vitrage argon, deux à trois fois plus efficace que le précédent,
  •   Le triple vitrage, aux performances thermiques encore meilleures, mais qui peut poser des limites en matière de transmission lumineuse.

 

Dans tous les cas ces solutions permettent des réductions de l’ordre de 10% des consommations par rapport à un simple vitrage) et surtout elles apportent un confort de vie nettement amélioré !

LES PAROIS VITRÉES : TECHNIQUES DE POSE

Pour faire changer ses fenêtres, plusieurs techniques sont disponibles :

  •   Le changement de fenêtre avec conservation du dormant existant, rapide et sans dommage pour l’environnement immédiat de la baie, il aura pour inconvénient un châssis final beaucoup plus massif (donc laissant moins passer la lumière)
  •   Le remplacement total de l’ancienne fenêtre. Cette opération plus lourde et plus coûteuse nécessite souvent des travaux de maçonnerie plus importants qui ne pourront préserver la décoration autour des baies. Elle apporte une isolation thermique et acoustique supérieure. À l’usage, c’est la solution la plus performante. De plus, elle conserve la luminosité préexistante.
  •   L’ajout à la fenêtre existante une deuxième fenêtre, posée à l’extérieur ou à l’intérieur. Cette solution est plus rarement mise en œuvre du fait des contraintes architecturales.

ÉVOLUTION DU MÉTIER DE MENUISIER

Dans tous les cas, le métier du menuisier évolue et ses compétences doivent suivre. A ce sujet, on soulignera tout particulièrement les points suivants :

Évolution en cours… souhaitables

  •   Conception de menuiseries performantes.
  •   Récupération de l’énergie solaire.
  •   Protection solaire.
  •   Vérifier les jeux de calfeutrement, pentes des appuis, pour assurer l’étanchéité eau, air et bruit en fonction des règles professionnelles et des recommandations techniques en vigueur (types de colles…).
  •   Maîtriser et respecter des normes et suivre l’évolution des règlementations en termes d’étanchéité à l’air et d’isolation (y compris certification et labellisation des éléments posés).

 

Compétences à développer et à créer :

  •   Maîtriser les incidences thermiques et énergétiques des différents matériaux.
  •   Appréhender les principes de confort thermique d’un bâtiment.
  •   Prendre en compte les phénomènes d’échanges thermiques dans un bâtiment.
  •   Maîtriser les techniques de pose.
  •   Maîtriser la gestion de l’étanchéité à l’air en lien avec les autres corps d’état (notamment avec l’évolution de l’ITE).
  •   Connaître la consommation en énergie grise des matériaux posés.
  •   Intégrer des compétences en DAO et CAO pour industrialiser la profession et réduire les coûts.